La 2ème Bataille pour Cambrai

Toute l'histoire de la Bataille de la délivrance de Cambrai en 1918.

La Bataille de la délivrance, menée par 3 Divisions Canadiennes commença à l'aube du 27 septembre 1918. Le canal du Nord qui est à sec, est traversé entre Inchy-en-Artois et Moeuvres. Le 87ème bataillon réussit à entrer dans Bourlon et s'y cramponne. Le 54e contourne le bois et pousse vers Fontaine-Notre-Dame. Le soir du 27 septembre, Sains-les-Marquion, Marquion, Epinoy et Oisy le Verger sont aux mains des alliés.

Le 28, le combat reprend. Le Royal Canadian Regiment attaque vers Fontaine-Notre-Dame mais la 26e division du Wurtemberg retarde la prise de Cambrai et le passage de l'Escaut.

Le 29, les 1er et 2e Mounted Rifles réussissent à s'approcher de Ste-Olle et à glisser vers  Neuville-Saint-Rémy. Le 72e bataillon s'empare de Sancourt mais l'attaque se paralyse. Les Canadiens perdent ce jour-là 2089 hommes.

Le 30, le Royal Canadian Regiment atteint la chapelle entre Blécourt et Tilloy puis s'empare de Cuvillers et d'Eswars. Il est stoppé à l'approche du canal. Les unités Canadiennes dont la plupart se battent sans arrêt depusi le 27 sont épuisées. Le Général Currie décide de maintenir et de consolider les positions gagnées. Une semaine doit encore s'écouler avant la délivrance de la ville.

Le 6 octobre, l'ordre tente à nouveau de s'emparer de Cambrai en collaboration avec la IIIème armée qui a réussi à traverser le canal de l'Escaut entre Proville et Crèvecoeur.

Le 9 octobre, la 2e Division Canadienne libère Ramillies, Blécourt, Bantigny et Cuvillers. Le 24e bataillon s'empare d'Escaudoeuvres et avec l'aide des 22e et 26e, commence à nettoyer les abords de Cambrai.

Sur la droite, deux bataillons passent à travers Neuville-Saint-Rémy et traversent le canal sur des ponts partiellement démolis, pour pénétrer dans Cambrai même. Le Génie entreprend la construction de nouveaux ponts et commence à nettoyer les rues des pièges et des mines. A mesure qu'ils avancent, les soldats constatent l'état de destruction dans lequel se trouve la ville. De nombreux incendies font rage et les détachements du Génie les combattent avec courage.

A 11 heures, le Général Loomis, chef de la IIIème Division fait son entrée officielle dans Cambrai. La population ayant été évacuée, al cité est complètement déserte sauf à Saint-Druon ou l'Abbé Thuliez est resté caché dans la cave de son presbytère avec quelques vieillards infirmes de sa paroisse. L'Abbé Thuliez les accueille avec joie. Le Général Loomis lui confie le rôle de Maire provisoire jusqu'au retour des autorités.

D'après les rapports officiels, les Canadiens ont perdu de la fin août au 10 octobre 1918, 1544 officiers et 29262 soldats.

 

 

Texte de Michel Bacquet  "Les Candiens à Cambrai" 1978